Le lifting du cou permet de retendre le cou, en lui retirant son aspect fripé, détendu, de corriger les cordes qui se forment avec l’âge.

En quoi consiste un lifting du cou ?

Il s’agit d’une remise en tension de la peau et du muscle platysma. Une réduction de la masse graisseuse par une lipoaspiration est souvent associée.
La meilleure façon d’aborder cette intervention de manière optimale est de :

  • Maigrir avant l’intervention s’il y a un surpoids
  • D’arrêter de fumer en préopératoire, minimum une quinzaine de jours avant, pour favoriser la cicatrisation et éviter les nécroses cutanées.
  • De prendre de l’arnica en pré opératoire
  • Une ou deux consultations préopératoires sont nécessaires, ainsi qu’une consultation d’anesthésie.

Quelles sont les différentes étapes pour effectuer un lifting du cou ?

Lors de la consultation l’emplacement des cicatrices sera expliqué, visualisé sur des photos.
Un bilan sanguin voir un électrocardiogramme seront pratiqués.
Dans ma pratique une double remise en tension peau et muscle est réalisée permettant ainsi une stabilité du résultat pendant plusieurs années.

Existe-il des liftings du cou « doux » ?

Les techniques dites « douces », ne remettant que la peau en tension ou l’utilisation de fils tenseurs ou crantés apportent peu de résultat et n’ont aucune stabilité dans le temps.
Le lifting du cou est réalisé sous sédation anesthésique, soit sous anesthésie générale.
La cicatrice sera positionnée autour de l’oreille.
L’hospitalisation est d’une journée (ambulatoire) ou d’une nuit.

Quelles sont les suites de l’intervention ?

Les suites sont marquées par un gonflement et parfois des bleus.
L’aspect s’améliore en une dizaine de jours.
Des séances de drainage lymphatique sont recommandées dans la semaine postopératoire.
Une vie sociale normale peut être reprise au bout de 10 à 15 jours.
Le sentiment de raideur, de tension dure plus longtemps et s’estompe sur plusieurs semaines.
Comme tout acte chirurgical des complications peuvent survenir :

  • Un hématome postopératoire qui, s’il survient, doit être ponctionné rapidement. Il survient généralement dans les heures qui suivent l’intervention, évacué il n’entraine pas de conséquence.
  • Des problèmes de cicatrisation surtout chez les fumeurs. Il faut donc arrêter de fumer avant l’intervention.
  • Les problèmes de parésie du rameau mentonnier du facial sont rarissime et le plus souvent temporaire.

Ce type de chirurgie est contre indiqué chez les patients gros fumeurs ou sous anticoagulant ou antiagrégants plaquettaires (Syntron, Plavix).